11 mars 2017 0 Comments Films

Green Room

green room

Source : Green Room

Le film Green Room est passé un peu inaperçu depuis sa sortie en 2015. Malgré la présence de Patrick Stewart dans le film (!!), il s’agit d’un film (correct) de série B.


C’est l’histoire d’un band punk-rock qui a tellement besoin d’argent que les membres acceptent de faire un show dans un endroit pas mal reculé et louche, dans ce cas-ci, un bar de néo-nazis. À la fin de leur set musical, ils se préparent à quitter les lieux mais décident de retourner à la fameuse green room car ils avaient oubliés quelque chose. ERREUR! Lorsqu’ils entrent dans la pièce, ils deviennent témoin d’un meurtre qui vient tout juste d’avoir lieu et ils ne peuvent maintenant plus partir. Les néo-nazis ne les voudraient pas que la police arrive, tsé! C’est ainsi que commence Green Room.

Julien a pas mal aimé l’histoire qui était très thriller. Les membres du band essaie de s’enfuir par tous les moyens, mais disons que les méchants ont pas mal pensé à tout. C’est une grosse organisation, avec un secret (ouuuuh!). Lorsqu’ils réussissent enfin à sortir de la pièce dans laquelle ils étaient barricadés (et aussi surveillés), ils pensent que ce serait une bonne idée de split-up pour trouver la sortie. OUI OUI. Évidemment ça finira par avoir été une mauvaise idée, comme dans la plupart des films où cette idée ressort d’ailleurs!
Pour ma part, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de personnages et que la plupart du temps ils ne sont pas assez développés pour que je m’intéresse à eux. Pourtant, l’une des filles devient très importante et on ne connait presque rien d’elle, et c’est sûrement pas pour avoir l’air mystérieux, parce que le reste du film l’est pas vraiment. C’est un film plutôt gore par moment, âmes sensibles s’abstenir! Y’a des blessures assez dégueulasses, dont certaines qui sont infligées par des chiens de combat. Tout pour m’aider avec ma peur des chiens! Une des blessures m’a justement laissée avec un léger mal de coeur pour le reste du film. Si vous l’écoutez, vous saurez EXACTEMENT de quoi je parle, c’est un moment clé du film.
D’autre part, c’était la première fois que je regardais un film avec Anton Yelchin depuis son décès, et ça a créé une drôle d’atmosphère, surtout que le film a déjà une vibe intense!
Pour finir, malgré que je trouve que ce film est passé comme dans du beurre, je viens de voir qu’il avait été sélectionné en 2015 pour la Quinzaine des réalisateurs à Cannes! Si jamais vous voulez voir Green Room, il est sur Netflix!

Trailer de Green Room